Portraits des membres

Jihane Cherif Sarhani

Dirigée par Marie-Marthe Cousineau

Boursière Trajetvi

  • Thème: Regards des intervenants sur les stratégies de recherche d’aide utilisées par les femmes issues de l’immigration, victimes de mariage forcés ou arrangés marqués de violence au Québec, lorsqu’il y a présence d’enfants.
  • Objectif général: Rendre compte de la complexité des stratégies de recherche d’aide utilisées par les femmes issues de l’immigration, victimes de mariages forcés marqués de violence, au Québec, lorsqu’il y a présence d’enfants.
  • Objectifs spécifiques:
    • Donner un sens au vécu des mères soumises à un mariage forcé vivant de la violence conjugale;
    • Préciser comment ce vécu peut être influencé lorsqu’il y a présence d’enfant;
    • Dévoiler le sens que prennent les stratégies de recherche d’aide et de recours aux services de ces femmes lorsqu’il y a présence d’enfants dans leur vie;
    • Proposer des pistes d’interventions adaptées tenant compte de la présence des enfants pour venir en aide plus efficacement à ces femmes en situation de violence conjugale.
  • Aperçu de la problématique: Si les recherches actuelles ont du mal à établir la prévalence du phénomène des mariages forcés, elles ont encore plus de mal à en faire sens et à rendre compte de la complexité des recherches d’aide et de recours aux services des femmes qui vivent de la violence dans une telle situation. On reconnaît que la présence d’enfants vient compliquer plus encore la vie des femmes en situation de mariages forcés empreints de violence et en contexte d’immigration. La peur de la mère que les enfants lui soient enlevés et soient placés dans des familles d’accueil étant donné la situation de violence révélée peut-elle compromettre la recherche d’aide forçant l’adaptation à la violence? Qu’en est-il de la menace d’être expulsées dans son pays d’origine, a fortiori sans ses enfants? Ce sont quelques questions qui permettront d’alimenter cette recherche. Ainsi, l’étude prend en considération la manière dont la victime interagit avec son conjoint, ses enfants, son entourage et les ressources d’aide pour faire sens de son parcours en situation de mariage forcé. Dans l’optique de l’objectif général, le cadre théorique retenu est celui de l’interactionnisme symbolique.
  • Méthodologie envisagée: L’approche privilégiée pour la réalisation de ce mémoire est essentiellement qualitative, permettant d’accorder une place centrale aux représentations et points de vue des acteurs sociaux soit, dans ce cas-ci, les mères immigrantes ayant vécu, vivant ou étant menacées de mariage forcé. Ce mémoire utilise, dans un premier temps, la base de données constituée dans le cadre de la thèse de doctorat de Lamboley (2014). Son étude a été effectuée auprès de dix femmes vivant, ayant vécu ou étant menacées de mariages forcés et de dix-huit informateurs clés œuvrant auprès d’elles. Afin de compléter cette source d’information et se concentrer sur la présence des enfants, des entrevues auprès de quinze intervenants et auprès de mères immigrantes vivant un mariage arrangé empreint de violence sont prévues. À l’exemple de ce qui a été fait par Lamboley (2014), nous envisageons de réaliser avec les femmes des récits de vie mettant l’accent sur la période migratoire et conjugale. Pour ce qui est des intervenants, il s’agira d’avantage d’entrevues semi-directives interrogeant leur expérience d’intervention auprès de cette population en mettant l’accent sur les défis encourus.
  • Retombées attendues: L’étude permettra d’enrichir les connaissances actuelles sur le sujet. En effet, peu d’analyses ont été effectuées sur le cas des mariages forcés et encore aujourd’hui, les femmes qui vivent dans une telle situation hésitent à en parler. C’est ce qui explique en partie le manque de données sur le sujet. Les intervenants du milieu susceptibles d’entrer en contact dans le cadre de leurs fonctions professionnelles avec cette problématique donnée seront alors mieux outillés et connaîtront davantage les enjeux et les besoins de ses victimes lorsqu’il y a présence d’enfants.

Jihane Cherif Sarhani

Étudiante à la maîtrise en criminologie avec mémoire
Univeristé de Montréal
jihane.cherif-sarhani@umontreal.ca