Portraits des membres

Laura Désilets

  • Dirigée par Mylène Fernet
  • Thème: Les besoins de formation en matière de VIH, des violences commises par un partenaire intime et de leurs intersections : le point de vue des prestataires des services communautaires.
  • Objectif général: Documenter les besoins de formation des prestataires de services communautaires en matière de VIH et de violences commises par un partenaire intime et ce, de la perspective des prestataires.
  • Objectifs spécifiques
    • Dégager les besoins de formation des prestataires des organismes communautaires de lutte contre le VIH et des ressources d’aide pour femmes victimes de violence conjugale afin d’en identifier les convergences et les divergences;
    • Dégager les spécificités régionales (Montréal, Mauricie, Outaouais) quant aux besoins de formation exprimés par les prestataires.
  • Aperçu de la problématique: Les plus récentes données de l’Agence de santé publique du Canada (ASPC) indiquent que les femmes représentent 21,9% des cas d'infection au VIH au Canada (Agence de la santé publique du Canada, 2014). Selon une étude canadienne, 40% des femmes ayant un diagnostic de VIH rapportent avoir été victimes de violence au sein d’une relation intime passée ou actuelle dans la dernière année (Siemieniuk et al., 2013). Les intersections entre le VIH et les violences commises par un partenaire intime sont largement démontrées par des recensions des écrits (Maman et al., 2000; Gielen et al., 2007; Phillips et al., 2013; Gilbert et al., 2015). Par ailleurs, ces intersections engendrent des conséquences sur la santé mentale physique et sexuelle des femmes (Bonacquisti et Geller, 2013; Siemieniuk et al., 2013).
    Devant ces constats, des travaux se sont intéressés spécifiquement aux services offerts aux femmes vivant avec le VIH (FVVIH) et victimes de violences de la part d’un partenaire intime. Ces femmes souhaiteraient recevoir un accompagnement qui tienne compte à la fois de leur situation relative au VIH et aux violences qu’elles subissent (Illangasekare et al., 2014; Raissi et al., 2015). Toutefois, les prestataires de services auraient tendance à les référer vers d’autres ressources spécialisées lorsque ceux-ci sont appelés à intervenir auprès d’elles (Distefano et Hubach, 2011; Siemieniuk et al., 2010). Ceci pourrait s’expliquer par le fait qu’ils ne détiennent pas les connaissances spécifiques, soit dans le domaine du VIH ou celui de la violence (Distefano et Hubach, 2011). En ce sens, les prestataires de services qui œuvrent dans le milieu en VIH et le milieu en violence souhaiteraient recevoir une formation afin d’acquérir des compétences par rapport aux intersections entre le VIH et les violences commises par un partenaire intime et ainsi intervenir adéquatement auprès des femmes (Distefano et Hubach, 2011). Cependant, les connaissances actuelles quant aux besoins de formation des prestataires de services communautaires œuvrant auprès des femmes touchées par le VIH et les violences demeurent très limitées.
  • Méthodologie envisagée: Devis qualitatif; entrevues de groupe

Laura Désilets

Étudiante à la maîtrise en sexologie
Département de sexologie
Université du Québec à Montréal 
lauradesilets@outlook.com